la diversité sexuelle au travail est payante pour les entreprises

Mis à jour : 26 juil. 2018

Montréal, le 3 février 2012 ─ La Fondation Émergence a lancé aujourd’hui la campagne 2012 de lutte contre l’homophobie qui connaîtra son dénouement le 17 mai avec la tenue de la Journée internationale contre l’homophobie.

Cette campagne intitulée Au travail, la diversité sexuelle, ça rapporte! est destinée à informer tous les intervenants du monde du travail à la rentabilité économique de la diversité sexuelle. « Cette notion économique repose sur plusieurs éléments de motivation et de rétention du personnel » précise le président de la Fondation Émergence Laurent McCutcheon, initiatrice la Journée internationale contre l’homophobie.

La rétention du personnel

Les milieux de travail qui ne se montrent pas ouverts aux réalités de la diversité sexuelle risquent de perdre une partie de leur main d’oeuvre sans même en connaître les motifs. Dommage, diront certains employeurs, il était un excellent travailleur, productif, mais plutôt isolé. Le roulement du personnel, le recrutement et la formation représentent des coûts de main-d'oeuvre importants pour les employeurs.


L’invisibilité

Nombre de milieux de travail prétendent qu’il n’y a pas de gais et de lesbiennes chez eux et que les personnes homosexuelles travaillent dans des milieux précis. Cette affirmation repose sur l’ignorance des réalités homosexuelles. Ils et elles sont partout, quoique plus visibles dans les milieux plus accueillants. Une personne sur dix est d’orientation homosexuelle, peu importe les milieux.


La désertion des régions

Nombre de gais et de lesbiennes quittent leur région d’origine pour joindre les grands centres et y faire carrière en raison de leur orientation sexuelle. Les entreprises capables de créer des environnements de travail propices augmentent leur chance de garder leur main d’oeuvre et de trouver la rentabilité de leur investissement.


La réalisation de soi

Il est universellement reconnu que la réalisation de soi est l’un des grands facteurs de motivation au travail. Vivre dans un milieu de travail hostile à l’homosexualité aura des effets négatifs pour les personnes homosexuelles et il est permis de croire qu’il leur serait difficile pour une personne homosexuelle de se réaliser dans un semblable environnement.


Les relations de travail

Les relations de travail harmonieuses et conviviales constituent un important facteur de productivité. Les milieux de travail qui dévalorisent l’orientation homosexuelle verront une partie de leur main-d'oeuvre s’isoler et risquent de payer le prix de l’instabilité de celle-ci.

Les attitudes sont à la base de la qualité des relations de travail. Comme l’homophobie est une attitude négative envers les personnes homosexuelles, nul besoin de poser des gestes homophobes concrets pour créer un milieu de travail hostile. À elle seule, l’attitude négative fera le travail!

Pour sa part, l’indifférence peut aussi être néfaste. Des milieux de travail isolent des personnes homosexuelles du simple fait de leur dire : ce que tu fais dans ta chambre à coucher ne me regarde pas. Cette affirmation ramène l’orientation sexuelle à la simple expression de la sexualité. Or, il est quasi impossible pour un homosexuel ou pour une lesbienne de ne jamais échanger sur sa vie sociale et affective sans devoir dévoiler son orientation sexuelle. L’autre alternative est l’isolement du groupe.


Créer un climat de travail

La responsabilité de créer des milieux de travail accueillants à la diversité sexuelle appartient à tous les acteurs du milieu. Si les employeurs et les collègues doivent manifester une ouverture aux réalités homosexuelles, les gais et les lesbiennes doivent se montrer réceptifs. « Tout est dans l’attitude et la subtilité » explique Laurent McCutcheon.

Les gais et les lesbiennes ont maintenant tous les droits et toutes les protections juridiques et la société se montre tolérante. Si l’intolérance a fait place à la tolérance, le président de la Fondation pose la question suivante, en disant que la poser c’est aussi y répondre « Quelle personne voudrait avoir des amis et une famille qui la tolère ?» Nos milieux de travail doivent être plus accueillants que tolérants s’ils veulent créer de bons climats de travail avec tous les employés.

-30-

© 2018 by Fondation Émergence
Proudly created with Wix.com