L’école doit s’ouvrir à la réalité homosexuelle

L’école doit s’ouvrir à la réalité homosexuelle, 67,9 % des Québécois et Québécoises l’affirment - C’est son devoir, même au niveau primaire

Montréal, le 30 avril 2001 - L’école demeure encore réticente à parler de la réalité homosexuelle. Il semble toutefois que les Québécois et Québécoises veulent que ça change. La Fondation Émergence de Gai Écoute a rendu public le résultat de sondages et d’études réalisés par Léger Marketing sur la question.

Ils ont été dévoilés aujourd’hui lors d’une conférence de presse tenue à la Commission scolaire de Montréal qui a prêté ses locaux pour l’événement, témoignant ainsi de son intérêt à améliorer la situation des jeunes homosexuels fréquentant ses écoles. Entouré du ministre des Relations avec les citoyens et de l’Immigration, monsieur Joseph Facal, et du secrétaire d’État à l’Accueil et à l’Intégration des immigrants, monsieur André Boulerice, monsieur Laurent McCutcheon, président de la Fondation Émergence de Gai Écoute, a déclaré :

« Dans l’intérêt des jeunes, il faut que l’école s’ouvre aux réalités homosexuelles. Le temps où l’on croyait que le simple fait de parler de la réalité homosexuelle aux jeunes était susceptible d’influencer leur orientation sexuelle est dépassé.»

Un sondage Léger Marketing visant à mesurer l’opinion des Québécois et Québécoises à propos de la réalité homosexuelle en milieu scolaire révèle que 67,9 % estiment nécessaire d’en parler et 61,3 % approuvent l’idée de le faire dès le niveau primaire. Cette opinion est en lien avec la perception que l’on se fait du bonheur des jeunes homosexuels. À ce sujet, le sondage nous apprend que 45 % des Québécois et Québécoises pensent qu’un jeune qui se découvre homosexuel sera malheureux dans la vie contre 39,4 % qui pensent qu’il sera heureux alors que 15,4 % refusent de répondre à cette question.

Les résultats du sondage sont corroborés par des enseignantss et des parents qui ont participé à des groupes de discussions également conduits par Léger Marketing. De manière générale, ils estiment que les jeunes vivent mal leur orientation homosexuelle, que de parler d’homosexualité en milieu scolaire serait une bonne chose et par surcroît, ils sont d’avis que c’est le devoir de l’école.

Dans le but de sensibiliser les intervenants du milieu scolaire, la Fondation Émergence de Gai Écoute, avec l’aide financière du ministère des Relations avec les citoyens et de l’Immigration, a lancé une campagne de sensibilisation à l’intention des parents et des intervenants du milieu scolaire. Elle est intitulée Permettez-moi d’être heureux, Permettez-moi d’être heureuse. Un dépliant tiré à 100 000 exemplaires est actuellement acheminé dans toutes les écoles.

Enfin, monsieur McCutcheon a mentionné :

« Les parents sont de plus en plus conscients de la possibilité que leur enfant soit d’orientation homosexuelle et qu’il est de son intérêt d’être informé de cette réalité. »

© 2018 by Fondation Émergence
Proudly created with Wix.com