Bilan de campagne positif malgré le refus du monde du sport de participer

Campagne 2010 - Journée internationale contre l’homophobie - 17 mai 2010 : Appel aux médias sportifs et aux commentateurs


Montréal, 14 mai 2010 – La Fondation Émergence dresse un bilan positif de la campagne annuelle de lutte contre l’homophobie qui connait son dénouement avec la tenue de la Journée internationale contre l’homophobie le 17 mai.

Comme elle le fait chaque année, la Fondation Émergence propose une campagne s’adressant à un secteur particulier de la société. Intitulée Parler du silence, la campagne de 2010 est destinée au monde du sport. L’affirmation selon laquelle la question de l’homosexualité, dans le monde du sport, est gardée sous silence est partagée par 78 % des Québécois et 72 % des autres Canadiens, selon un sondage Léger Marketing dont les résultats ont été dévoilés aujourd’hui (www.homophobie.org).

Refus d’adhérer à une déclaration de soutien

De manière à sensibiliser le monde du sport à la nécessité de faire échec à l’homophobie, la Fondation Émergence a invité les associations sportives, les fédérations et d’autres organisations à adhérer à une déclaration signée par la ministre de l’Éducation, du Loisir et du Sport, madame Michelle Courchesne, et par la ministre de la Justice, Procureure générale du Québec et ministre responsable de la lutte contre l’homophobie, madame Kathleen Weil. Voici le texte de la déclaration :

Aucune forme de discrimination n’a sa place dans le monde du sport. Être sportif, c’est plus que de se dépasser physiquement. C’est adhérer à des valeurs de justice, d’égalité, de solidarité, de respect et de dignité. C’est aussi lutter contre toute forme de discrimination, y compris celle fondée sur l’orientation sexuelle.
Voilà pourquoi j’apporte mon soutien à la Journée internationale contre l’homophobie.

À une ou deux exceptions près, il n’y a pas eu de réponse à cette invitation lancée en septembre 2009, suivie d’un rappel en 2010. « En principe, pareille déclaration devrait recevoir l’adhésion de tous ceux et de toutes celles qui adhèrent aux valeurs de notre société. Pareil comportement est difficilement explicable dans notre société. De toute évidence, il s’agit ici du seul motif interdit de discrimination prévu par les chartes des droits et pour lequel la société accepte semblable indifférence. Encore ici, le système se montre plus fort que les individus puisque nous avons affaire une discrimination systémique. Il faudra redoubler d’ardeur » d’affirmer monsieur Laurent McCutcheon, président de la Fondation Émergence.

© 2018 by Fondation Émergence
Proudly created with Wix.com