ACTIVITÉ NATIONALE DE LUTTE À L’HOMOPHOBIE À QUÉBEC

QUÉBEC, LE VENDREDI 16 MAI 2008 – À l’occasion de la Journée internationale contre l’homophobie et du 400e anniversaire de fondation de Québec, une activité nationale de lutte à l’homophobie aura lieu le samedi 17 mai 2008 à Québec.


Cette première dans la capitale a pour but premier d’amener la Ville de Québec à adopter la Déclaration de Québec, qui condamne l’homophobie sous toutes ses formes.

De concert avec la Fondation Émergence, les organismes GLBT Québec / Lutte à l’homophobie, GRIS-Québec et MIELS-Québec, en collaboration avec les autres groupes et organismes de Québec offrant des services aux populations LGBT1, préparent un rassemblement animé dès 14h devant l’Assemblée nationale, une marche de solidarité vers l’Hôtel de Ville et un 4 à 6 théâtral au Cabaret Club Le Drague. En plus de courtes prises de parole sur le parvis de l’Assemblée nationale, le professeur Patrice Corriveau de l’Université d’Ottawa présentera un bref

exposé des résultats de ses recherches sur l’histoire de l’homophobie depuis la Nouvelle-France, résultats qu’il a consignés dans le livre Du bûcher à la mairie : La répression des homosexuels au Québec et en France en 2006.


L’idée d’une activité nationale contre l’homophobie dans la capitale est de rassembler les gais et les lesbiennes, mais aussi leurs parents, leurs amis, les membres des groupes sociaux, bref tout le monde! En fait, l’invitation est lancée à ceux et celles qui ont à cœur l’égalité entre les citoyens et qui ont envie, afin d’exprimer leur solidarité, de marcher de l’Assemblée nationale jusqu’à l’Hôtel de Ville, où la Déclaration de Québec, un document dénonçant l’homophobie et proclamant le 17 mai « Journée internationale contre l’homophobie », sera officiellement présenté à la mairie de Québec pour fin d’adoption par le conseil municipal.


Pourquoi marcher?

Le Québec demeure un leader international pour les droits des gais et lesbiennes. Or, l’égalité juridique ne s’accompagne pas directement de l’égalité sociale. À en juger par le taux de suicide chez les jeunes gais, par les insultes dans les cours d’école, par Héma-Québec refusant le sang et Santé Canada refusant les organes des hommes ayant eu une relation homosexuelle, par les affiches arrachées du Groupe Gai de l’Université Laval sur le campus, par les commentaires de certains animateurs radio, occuper l’espace public pour lutter contre l’homophobie n’est pas

un luxe, mais une nécessité. L’invitation est donc lancée, parce qu’il y a à Québec des gais, des lesbiennes et des allié(e)s qui se tiennent debout et parce que nous voulons d’une ville de Québec ouverte et moderne.


- 30 -

© 2018 by Fondation Émergence
Proudly created with Wix.com