Affiche pour la Journée internationale contre l'homophobie et la transphobie 2016 : Les allié.e.s affichent leurs couleurs

Qu'est ce qu'un.e allié.e ?

 

Tout le monde peut être un.e allié.e

L’allié.e est généralement une personne hétérosexuelle qui soutient les personnes de différentes orientations sexuelles, identités et expressions de genre dans le but de contribuer à leur bien-être ou à une plus grande acceptation de leurs réalités. L’allié.e peut cependant aussi inclure les personnes LGBT qui se soutiennent entre elles ou qui participent à des groupes d’allié.e.s.

Qu'est-ce que les gens vont penser ?

Dans certains milieux, devenir un.e allié.e peut mener une personne à vivre de l’homophobie ou de la transphobie par association. Si c’est votre cas, armez-vous de compréhension et de patience, puis gardez en tête les bienfaits à long terme de s’affirmer en tant qu’allié.e. Il est possible que
les personnes non-LGBT qui vous entourent aient besoin de temps pour s’ouvrir à des réalités auxquelles elles n’ont pas été sensibilisées. Mais petit à petit, les actions des allié.e.s portent leurs fruits et ont un grand impact sur la vie des personnes LGBT.

Pourquoi être un.e allié.e ?

En tant que minorité sexuelle et identitaire, les personnes LGBT se sentent souvent seules face à l’homophobie et la transphobie. Trop souvent, les témoins de paroles ou d’actes homophobes et transphobes n’osent pas intervenir. L’allié.e a un rôle incontournable, car son appui vise à
contrer la discrimination, les préjugés et les stéréotypes dans divers milieux. De plus, sur le plan personnel, devenir un allié.e peut être une expérience enrichissante.

Profitez du 17 mai pour afficher vos couleurs

​On 17 mai, c'est l'occasion pour les allié.e.s de : 

  • Poser des affiches de sensibilisation aux réalités LGBT et de prévention contre l’homophobie et la transphobie.

  • Mettre des autocollants "ALLIÉ.E." sur la porte de leur bureau, sur leur sac, etc.

  • S'engager personnellement à être un.e meilleur.e allié.e pour l'année à venir (vous pouvez regarder si dessous des suggestions, ou lire l'un des nombreux articles de conseils aux allié.e.s disponibles sur Internet)

Le saviez-vous ?

Une étude faite dans une université aux États-Unis en 2008 montrait que 81% des étudiant.e.s LGBTQ se disaient plus susceptibles de faire leur coming-out à un membre de la faculté qui avait un autocollant d'allié.e et 78% se disaient plus à l'aise dans leur classe. 

 

Quoi faire ?

S'informer

Agir

Réfléchir

Écouter

S'afficher

Réagir

 

Sondage

Avez-vous déjà été témoin de propos désobligeants à l’égard de personnes homosexuelles, sur les réseaux sociaux ?

Selon notre sondage, effectué en 2015  : 

  • La majorité des Canadien.ne.s interrogé.e.s affirment avoir déjà été témoins de propos désobligeants (blagues, surnoms, jeux de
    mots, insultes, etc.) ou de comportements irrespectueux à l’égard de personnes lesbiennes, gaies, bisexuelles ou trans dans
    la vie de tous les jours (72%) ou sur Internet (63%).

  • Près des deux tiers (65%) des témoins disent intervenir lorsqu'ils sont confrontés à de l'homophobie dans la vie de tous les jours, mais moins de la moitié (44%) affirment le faire lorsque cela se passe sur Internet.

  • Deux tiers (68%) des répondant.e.s considèrent qu’il est facile pour une personne hétérosexuelle d’afficher ouvertement son appui aux personnes LGBT dans son entourage immédiat, 31% considérant cela très facile.

 

Notre ancienne campagne

Our campaign in other languages

 

© 2018 by Fondation Émergence
Proudly created with Wix.com